Biomasse : les différents combustibles

Les bûches classiques

Étant donné que les feuillus tendres (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule…) brûlent vite et stockent mal les calories, il est essentiel de privilégier les bois de chauffe plus performants comme les feuillus durs (chêne, hêtre, frêne, châtaignier, charme, noyers, fruitiers…). A noter que le fait d’utiliser un bois de chauffe sec encrassera le matériel beaucoup plus lentement. En règle générale, le bois de chauffe est vendu par stère (1 m3). La plupart du temps, il est livré sur palettes afin de faciliter son transport et sa livraison. L’utilisation de bûches classiques peut être employée que ce soit avec une cheminée à foyer ouvert, des inserts (ou foyer fermé) ou encore des chaudières à combustion montante. Sachant que pour une cheminée à foyer ouvert le bois ne sera alors considéré que comme chauffage d’appoint alors que s’il est utilisé avec un insert ou une chaudière à combustion, il sera alors considéré comme chauffage principal grâce à des rendements énergétiques pouvant atteindre les 70% pour les appareils les plus performants. L’autonomie de ce type de combustible peut aller de 2 à 10 heures mais jamais au-delà. Un abri de stockage du bois (intérieur ou extérieur) est donc à prévoir afin de modérer l’humidité du bois, et donc sa performance énergétique.

Les bûches reconstituées (ou bois de chauffage densifié, bois compacté, briquettes)

Ces bûchettes sont issues de la compaction de sciures provenant de l’industrie de transformation du bois ainsi que des scieries. Pour l’utilisation de bûchettes, il est nécessaire de disposer de foyers fermés tels que des poêles à bois, inserts de cheminées, ou mieux, d’une chaudière à combustion montante disposant d’une autonomie allant de 3 à 10 heures, ces briquettes se rechargent manuellement. Un lieu de stockage abrité est nécessaire afin de ne pas diminuer l’efficacité énergétique.

Les plaquettes

Résultant du broyage de bois massif, on parle de plaquette industrielle ou forestière selon la provenance du bois. Ce dérivé du bois peut être autoproduit ou livré par une entreprise (de travaux forestiers, voire une scierie). Encore une fois, il est nécessaire d’abriter le bois afin de le protéger de l’humidité. Dans le cas où vous vous faites livrer ce dérivé de bois de chauffage, il est nécessaire de signer un contrat avec le fournisseur précisant:

  • la granulométrie, la fréquence de livraison, le taux d’humidité (<35%), les volumes livrés et le prix au m3
  • la livraison se fera par soufflerie ou par bennage
  • le bois livré devra être non traité

Selon l’isolation et donc les performances énergétiques de l’habitat, on considère qu’une maison correctement isolée de 100m2 consommera de 15 à 20 MAP/an (m3 Apparent de Plaquette), unité de volume occupé par du bois déchiqueté dans un m3, soit une dépense énergétique moyenne d’environ 260 €/an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *